Dans une interview informelle, Maria-Françoise Meynier, fondatrice et dirigeante de France Meynier Recrutement, nous explique les métiers et les profils recherchés dans le secteur commercial.

 

 

Quels sont les métiers les plus demandés ?
Tout dépend de la taille de l’entreprise, du secteur d’activité, de son positionnement et de sa clientèle. Soit l’entreprise possède déjà une clientèle et elle souhaite la développer, ou la diversifier ; les profils seront alors des supports métiers, tels que Chargé d’affaires, Chargé de clientèle, Ingénieur support, Chef des ventes, Directeur clientèle. Soit l’entreprise doit créer une clientèle et les recherches s’orienteront vers le profil du chasseur : Technico-commercial, Commercial, Ingénieur Avant-vente, Responsable commercial home office, Responsable de secteur itinérant, Directeur commercial.

 

Pourquoi les candidats sont-ils si rares ?
Le métier de Commercial a beaucoup évolué ces vingt dernières années. Il s’est spécialisé. Nous demandons des candidats ayant une bonne culture générale, curieux, courageux et bien organisés.

 

Comment faites-vous pour trouver ces perles rares ?
Ne nous y trompons pas, la plupart des candidats sont souvent en poste. Mon métier consiste à les dénicher, les capter et à les convaincre de rejoindre mon client, pas pour gagner 10K€ de plus, mais parce qu’il y a un projet économique à la clé, une pérennité de l’emploi, ainsi que des perspectives de développement et d’évolution.

 

Vous trouvez donc que la qualité des recruteurs peut-être aussi en cause ?
Oui, souvent l’entreprise cherche le mouton à 5 pattes, mais elle ne donne pas envie. Elle s’imagine qu’il suffit de proposer un CDI, d’offrir le salaire adéquat, quelques primes et une voiture de fonction. Outre le fait qu’elle ne tient pas toujours ses promesses, le candidat se renseigne, internet lui fournit nombre d’informations. Le recrutement est une démarche rigoureuse. L’entreprise qui recrute doit donner envie à travers ses ressources humaines, ses produits et ses services. Il est illusoire d’attirer le bon candidat dans une démarche bâclée.

 

Dans un tel contexte les PME et les PMI ont-elles leurs chances face à des groupes ?

Oui bien entendu. Les PME/PMI ne doivent pas hésiter à aller chercher des aptitudes professionnelles requises chez les séniors, tout comme savoir découvrir des talents chez les plus jeunes.

 

Qu’est-ce qui vous différencie d’un grand cabinet de recrutement ?
Le grand cabinet va chercher à faire plaisir à son client, en mettant en adéquation une offre et une demande. J’ai soin pour ma part, de comprendre l’offre pour répondre à une demande. Si l’entreprise est réceptive, je lui trouve pratiquement toujours le candidat dont elle a besoin. Le résultat est parfois surprenant, mais il est gagnant.